Presse: le web vu par le print… ou presque

Une batterie de questions permet de mettre en exergue les problèmes posés par la déclinaison des titres de presse sur la Toile.

Un carnet de réflexions posté par un professeur de l’Ecole de journalisme de Sciences-Po, désormais reconnue par la profession, me permet d’aborder une question à la fois délicate compte tenu de mon emploi au sein d’une rédaction web partageant la même marque qu’un magazine… mais essentielle pour l’avenir du contexte au sein duquel j’évolue.

Si la séparation des rédactions semble, aujourd’hui, un moyen efficace pour dissocier les différents temps et techniques d’écriture, la question de leur collaboration reste néanmoins posée, l’enjeu étant de faciliter les échanges, aussi bien pour le lecteur que pour le journaliste, d’un support à l’autre. « Pouvez-vous imaginer qu’il existe un socle dur où le journalisme imprimé pourra résister sans que le numérique emporte tout ?« , s’interrogent Jean-François Fogel, professeur associé, et ses étudiants. La logique de territoires tend à s’effacer, le Web constituant davantage un relais de croissance qu’un rouleau compresseur pour les éditions imprimées. La question a aussi pour but de répondre aux problématiques posées par Eric Scherer, en charge du programme MediaWatch à l’AFP, dans une récente publication. Lire la suite

Publicités